Certifié RGE et Qualifelec
PRENDRE RDV
Tout savoir sur la VMC double flux thermodynamique

Tout savoir sur la VMC double flux thermodynamique

IDELEC PLUS

Vous avez entendu parler de la VMC double flux thermodynamique, mais vous avez du mal à comprendre de quoi il s’agit ? Comment fonctionne-t-il ? Quelles sont les différences avec les autres types de VMC ? Voici une rapide présentation de ce système.

Principe de fonctionnement de la VMC double flux thermodynamique

Ce système est composé de plusieurs éléments :

  • Un réseau de tuyaux qui aspire l’air vicié des pièces ;
  • Un autre réseau qui est chargé de souffler de l’air neuf ;
  • Un récupérateur qui transfère les calories de l’air chaud à celui de l’air froid ;
  • Une pompe à chaleur (PAC) qui récupère les calories de l’air (chaud ou froid) et les injecte dans le circuit de soufflage ;

Le principe de fonctionnement d'une VMC double flux thermodynamique est le suivant :

  1. L’air vicié des pièces humides est extrait par la VMC ;
  2. Il passe par la pompe à chaleur qui va en récupérer les calories ;
  3. L’air refroidi va être rejeté dehors et dans le même temps de l’air froid va être aspiré de l’extérieur ;
  4. Cet air nouveau va être chauffé, filtré, puis injecté dans les pièces de vie ;

En été, le fonctionnement est inversé. Les calories de l’air intérieur, plus frais, vont servir à rafraîchir l’air extérieur qui est plus chaud.

Quelles sont les différences entre la VMC double flux et les autres systèmes ?

Il dispose de nombreux avantages sur ses concurrents, notamment au niveau de l’efficacité énergétique.

Par rapport à une VMC double flux standard

La VMC double flux thermodynamique dispose d’une pompe à chaleur. Le rendement de l’échange thermique est meilleur qu’avec un simple récupérateur. Dans ce dernier, l’échange est simplement passif : l’air chaud va naturellement vers l’endroit le plus froid.

Deuxièmement, la pompe à chaleur permet d’inverser l’échange calorimétrique. Ainsi, la VMC peut agir comme une climatisation en été.

A lire : Les 3 avantages majeurs de la VMC double flux

Par rapport à une VMC simple flux

Un système simple flux n’a qu’un circuit d’extraction. L’aspiration de l’air vicié crée une dépression, ce qui permet à l’air neuf de pénétrer par les bouches d’entrée d’air.

De plus, il n’y a pas de récupérateur, donc pas d’échange calorimétrique. Vous aurez donc une facture de chauffage plus importante qu’avec une VMC double flux, d’autant que les pertes énergétiques lors du renouvèlement de l’air sont conséquentes.

VMC double flux thermodynamique : les avantages

Le principal point fort de cette installation est qu’elle améliore considérablement la qualité de l’air. Elle supprime ainsi l’humidité liée au rejet de gaz carbonique des occupants.

L’humidité intérieure est un problème majeur en Europe. Selon un rapport de l’INSEE datant de 2017, 20 % des logements français présentent des signes d’humidités sur les murs.

En plus de l’inconfort occasionné, l’humidité est vectrice de graves problèmes de santé : allergies respiratoires, irritations diverses, asthme, etc. La VMC double flux thermodynamique permet d’assainir l’air tout en faisant des économies d’électricité importantes.

À qui s’adresse la VMC double flux thermodynamique ?

Elle s’adresse avant tout à des logements « passifs », c’est à dire qui n’ont pas besoin de beaucoup chauffer. Dans ce cas, le chauffage sera assuré par l’échange calorimétrique au niveau de la PAC.

De plus, il faut que votre logement soit parfaitement isolé. Si ce n’est pas le cas, vous allez avoir de grandes pertes d’énergie et une facture de chauffage qui va augmenter.

La VMC double flux thermodynamique est un système grâce auquel l’air vicié va participer au chauffage ou au refroidissement de l’air neuf. Il présente de nombreux avantages en terme d’économie de sa facture de chauffage, d’efficacité énergétique, mais aussi de confort.

Toutefois, pour qu’il soit performant, votre logement doit être bien isolé. Pensez donc à le faire rénover avant d’installer ce type de VMC.

Les solutions d'efficacité énergétique pour les bâtiments