Certifié RGE et Qualifelec
PRENDRE RDV
4 conseils pour réaliser des économies sur l'éclairage
efficacité énergétique | éclairage

4 conseils pour réaliser des économies sur l'éclairage

IDELEC PLUS

Que ce soit pour un bâtiment industriel, tertiaire ou résidentiel, l’éclairage joue un rôle important au quotidien. Il contribue à assurer le confort des occupants, la sécurité, la productivité et permet aussi de valoriser les espaces du bâtiment. Toutefois, l’éclairage représente un poste de dépense d’énergie important dans les bâtiments. Il peut en effet représenter selon le Syndicat de l’Eclairage 15% de la consommation d’énergie dans le résidentiel et de 2% à 15% dans l’industrie. Mais en combinant un choix judicieux des matériels au respect des normes d’éclairage, de belles économies pourraient être réalisées. Voici 4 conseils pour vous permettre de faire des économies sur l'éclairage.

1- Diminuer la puissance installée

La première manière de diminuer la facture d’éclairage est d’utiliser des lampes récentes qui ont une puissance nominale plus faible à flux lumineux équivalent (comme les lampes fluo-compactes, les lampes LED, etc.).

Depuis quelques années, l’éclairage LED a le vent en poupe. Pour quelles raisons ? Tout simplement parce qu’il est beaucoup moins énergivore que toutes les autres technologies présentes sur le marché et qu’il permet d’adapter le besoin d’éclairage aux moments de la journée et aux besoins de l’activité (stockage, production, etc.). Le LED présente aussi l’avantage de s’allumer et s’éteindre sans se dégrader dans le temps.

De plus, elles ont une plus grande durée de vie (ce qui réduit fortement les coûts de maintenance) et coûtent moins cher. La consommation des lampes LED est de 60% à 90% plus faible que les lampes à incandescence.

A lire : Etude d'éclairement, étape essentielle d'un projet d'éclairage

2- Eliminer les allumages superflus en fonction de la présence des occupants grâce à des détecteurs de présence

Dans les bâtiments tertiaires, résidentiels ou industriels, certaines zones qui ne sont pas occupées ne nécessitent pas un éclairage permanent. On peut par exemple citer les couloirs, les escaliers, les paliers, les entrepôts, les locaux techniques... Bien sûr, cela ne compte pas l’éclairage de sécurité qui est obligatoire pour tous les bâtiments recevant des personnes et/ou des travailleurs.

Il peut alors être intéressant d’installer des détecteurs de présence pour supprimer les allumages inutiles, consommateurs d’énergie. Comment fonctionnent-ils ? Par la présence de capteurs qui permettent de détecter ou non la présence d’une personne. Et comment les détectent-ils ? Par l’émission de la chaleur que la personne dégage. Ainsi, grâce à différentes technologies et composants électroniques, les détecteurs de présence permettent de commander l’allumage et l’extinction de l’éclairage.

Ces derniers peuvent être intégrés ou non dans les luminaires, peuvent commander un ou plusieurs appareils ou encore être raccordés à des systèmes de gestion centralisée. De cette manière, en fonction de la présence ou non de personnes dans un bâtiment, l’éclairage s’allume et s’éteint automatiquement.

A lire : 6 idées reçues sur les ampoules LED à oublier dès à présent

3- Supprimer les allumages inutiles en fonction du niveau d’éclairement naturel grâce à des capteurs de lumière

Tous les endroits d’un bâtiment ne nécessitent pas le même apport lumineux (parkings, halls d’entrée, zones près des fenêtres, cages d’escaliers...). C’est pourquoi, il est fortement recommandé de faire varier la lumière en fonction du niveau d’éclairement naturel. Ce qui est rendu possible par l’installation de capteurs de lumière qui permettent d'éliminer les allumages inutiles.

Associés ou non à des détecteurs de présence, les capteurs de lumière permettent de mesurer l’apport de lumière naturelle d’une zone et de réguler l’éclairage artificiel en conséquence pour atteindre le niveau d’éclairage souhaité.

Cela permet ainsi de garder un niveau d’éclairement, d’améliorer le confort des personnes et surtout de réaliser des économies d’énergie grâce à la variation automatique de la lumière. Au niveau électrique, la mise en place de ces détecteurs ne représente pas un investissement important et est relativement simple à mettre en œuvre.

4- Mettre en place une gestion technique centralisée (GTC) de l’éclairage

Grâce à des différents protocoles et systèmes de communication (KNX, DALI...), l’éclairage devient intelligent. Les fonctions de variation du niveau d’éclairement, de détection de présence ou de programmation de différents scénarios d’éclairage peuvent être facilement intégrées au sein d’un système centralisé.

Se doter de tels systèmes permet de commander les éclairages par type de point lumineux, par zone mais aussi de les contrôler de manière individuelle. Ce qui permet d’avoir un parc d’éclairage plus interactif, plus dynamique, de réduire les coûts d’installation et de maintenance, d’améliorer le confort des utilisateurs et surtout de réduire la facture énergétique.

A lire : Tout savoir sur le KNX pour la domotique industrielle et tertiaire

Ces 3 solutions permettent de réaliser des économies d’énergie considérables tout en assurant le confort des utilisateurs. Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger ci-dessous notre guide sur les solutions d’efficacité énergétique pour les bâtiments. Il est gratuit, profitez-en !

Ou alors, vous pouvez demander directement un audit énergétique auprès de notre entreprise, située à Vaulx-en-Velin près de Lyon, afin d’avoir une réelle optimisation de vos consommations et une solution adaptée à vos besoins.

Les solutions d'efficacité énergétique pour les bâtiments